01 octobre 2013

Exposition – Paris la nuit

Pavillon de l’Arsenal (Paris)

Paris la nuitdu 23/05 au 06/10/2013

Le Pavillon de l’Arsenal de Paris, Centre d’information, de documentation et d’exposition d’Urbanisme et d’Architecture de Paris et de la métropole parisienne, propose une exposition consacrée à la nuit dans ses multiples aspects.

Sur base d’un impressionnant relevé de données historiques et la récolte collaborative de données sensibles sur la nuit d’aujourd’hui, les organisateurs de l’exposition ont été en mesure de retracer des cartographies nocturnes, donnant lieu à de nombreuses cartes et des graphes originaux, montrant à voir les activités, les environnements et les temporalités de la nuit (activités commerciales et de loisirs, mobilités nocturnes, activités légales et illégales, polarités culturelles, etc.). Cartes et graphes décrivent sous de multiples facettes des faits objectifs et des donnés plus subjectives, rassemblées à travers des documents historiques, des témoignages ou lors de marches nocturnes, avec la participation de visiteurs de la Nuit Blanche parisienne 2012.

Si elles ne sont pas suffisamment mises en valeur dans l’exposition, car trop petites ou manquant de contextualisation, ces productions originales sont à découvrir, à déchiffrer et à confronter les unes aux autres dans l’intéressant catalogue qui accompagne l’exposition. Plusieurs d’entre elles entrent notamment en résonance avec les préoccupations qui traversent les recherches de MICM-arc. Le commissaire scientifique invité de l’exposition, Marc Armengeaud, a mobilisé de multiples modes de représentation pour capter les temporalités et les spatialités de la ville et de ses différents usagers nocturnes. Le résultat présente une image kaléidoscopique de la nuit, à la fois objective (les données statistiques sur les transports, les heures d’ouverture des infrastructures, la localisation des activités) et subjective (ressentis lors de parcours urbains nocturnes, représentations de la nuit urbaine par les artistes et écrivains), organisé en deux parties – les Mythologies de la Ville Lumière et l’Atlas de la métropole fantôme.

IMG_6986La première partie de l’ouvrage est constituée de textes richement illustrés, organisés selon différentes périodes historiques : Naissance d’une métropole nocturne (1789-1860) / Paris Délire ! (1860-1900) / Nuits futuristes, surréalistes, folles, modernes (1900-1940) / Du désenchantement moderne au réenchantement postmoderne (1945-1990) / Puissances contemporaines (1990-2020).

La seconde partie rassemble des documents plus originaux et parfois déconcertants, qui décrivent à travers des images et des cartographies démultipliées les scènes de la nuit métropolitaine, captées à travers leur organisation (mobilité, logistique, réseaux), leurs usages (emploi, divertissement, ordre/désordre) et leur spatialité (paysage, architecture, polarité/anti-polarité). Si cette deuxième partie aurait gagné à ne pas multiplier les exercices cartographiques, parfois sans réel intérêt, et à inclure des commentaires sur les documents produits, elle a néanmoins le mérite, à l’instar du catalogue dans son ensemble, de proposer une vision à multiples facettes de la nuit urbaine, envisagée spatialement et de manière diachronique.

IMG_6990

IMG_6993

IMG_6991

Catalogue :

Marc ARMENGEAUD / AWP (2013), Paris la nuit. Chroniques nocturnes, Paris, Pavillon de l’Arsenal – Editions Picard, 440 p.