Christopher Brent Murray

Chris MurrayL’objectif central de mes recherches consiste à cerner l’évolution des lieux et des quartiers musicaux à Bruxelles pendant la première moitié du XXe siècle, dans le but d’identifier de véritables carrefours de la ville musicale en termes d’innovation artistique, d’activité sociale, d’essor économique et de logique urbanistique. Les développements de l’activité musicale seront étudiés dans leur diversité, resituant les grandes institutions bruxelloises (ayant jusqu’ici dominé les études musicologiques) aux côtés des lieux de musique dite populaire ou de divertissement (cafés-concerts, opérettes, revues, cabarets, cinémas et dancings). L’intensité de l’activité musicale de ces derniers, qui a pu être très grande et exiger notamment la présence d’un orchestre, est souvent complètement effacée de la mémoire collective à l’image de leur disparition du paysage urbain.

À partir de la topographie musicale ainsi établie, j’envisage deux perspectives de recherche : d’une part, étudier la mobilité des acteurs dans la ville (musiciens d’un côté et publics de l’autre) et, d’autre part, l’évolution du métier de musicien devant les mutations culturelles du XXe siècle. En effet, la vie musicale urbaine, de divertissement en particulier, a été profondément touchée par une syndicalisation de plus en plus forte des musiciens et l’arrivée des technologies d’enregistrement et de diffusion. Il s’agira donc d’analyser les mouvements professionnels des musiciens entre diverses institutions musicales, parfois des plus populaires aux plus prestigieuses, ainsi que l’évolution des habitudes culturelles des publics. Ce sont autant d’indicateurs de l’évolution de l’activité musicale d’une métropole dont l’identité se cherche entre culture et divertissement.

Christopher Brent Murray est chargé de recherches au Fonds national de recherche scientifique. Diplômé en composition, analyse musicale et musicologie historique, formé entre les Etats-Unis et la France (BM, Eastman School of Music, MA, New York University, Graduate School of Arts and Sciences, doctorat ès lettres et arts Université-Lumière Lyon 2), il a travaillé depuis 2011 sur les divers aspects de la vie musicale à Bruxelles au vingtième siècle, grâce aux bourses postdoctorales de l’Université libre de Bruxelles et de la Belgian-American Educational Foundation.

 

Documents disponibles